Le diplomate

Claudel et la Chine

Paul Claudel et la Chine impériale :
le « stage du magicien au pays des génies »

Claudel et les États-Unis

Les deux séjours que Claudel a faits aux États-Unis ont été parmi les plus importants de sa carrière diplomatique. L’Amérique lui a donné l’occasion de découvrir et de développer ses capacités professionnelles, surtout pendant la période de son ambassade à Washington entre 1927 et 1933, où il a participé à plusieurs négociations d’importance mondiale.

Claudel et l’Europe

Claudel a une forte conscience voire une foi européenne. L'on s'en aperçoit en lisant Le Soulier de satin. De nombreux textes non fictionnels en témoignent qui s'étalent des années 1930 aux années 1950. L'on citera "L'Europe", "Sur l'Allemagne" (Œuvres en prose), un poème, "À pied d'œuvre", "Cantate pour la paix" et il y en a bien d'autres.

Claudel et la politique

Claudel a passé l’essentiel de sa longue vie loin de Paris. Ses fonctions l’ont longtemps obligé à un devoir de réserve. Il a servi loyalement la République, quoi qu’il ait pensé de la politique menée par ses gouvernements. Jusqu’en 1935, il confie ses indignations à son Journal et sa vision de l’État à quelques-unes de ses pièces. La retraite lui donne sa liberté de parole.

Le diplomate

Présentation des lettres de créances de Paul Claudel au palais impérial de Tokyo
Présentation des
lettres de créances
de Paul Claudel au
palais impérial
de Tokyo